Grands moments

Les événements, les grands spectacles d’un jour ou d’un soir, les spectacles participatifs, dont la préparation s’étend quelque fois sur plusieurs années dans un quartier ou un village, voilà ce que nous qualifions de grands moments. En 2016, une foule de grands moments ont déjà émaillé l’histoire de la compagnie !

 Au tournant du siècle, an 2000, notre soif de développer l’art de la marionnette géante et une imagerie particulière nous font rencontrer des producteurs et des metteurs en scène de spectacles événementiels : Franco Dragone, Luc Petit, Eric Le Collen. Les moyens financiers mis à notre disposition nous permettent de réaliser des créations ambitieuses que nous pouvons parfois faire réapparaître dans d’autres créations afin de leur donner une nouvelle vie. Peu à peu, notre Cie se forge son propre savoir faire et réalise elle-même depuis 16 ans de grands moments...

2000 Décrocher la lune La Louvière

 

SanchoLLNous créons La marionnette géante Sancho Gilles pour la première édition de Décrocher La Lune à Louvière tout en y formant une équipe de manipulateurs. La marionnette entre d'emblée dans le cœur des louviérois. Petite anecdote : lors de sa première montée au clocher en répéttion, elle perd la tête ! Dès le lendemain des réparations et un renforcement des attaches s'imposent. Au deuxième essai, tout se passe heureusement pour le mieux. Fait de mousse de polyuréthane de haute densité, Sancho à la particularité d'avoir une chair souple ce qui le rend très vivant au toucher.

Depuis 2000, les Passeurs de Rêves ont sculpté d'autres exemplaires. L'original trône aujourd'hui sur une grande chaise dans la salle du Conseil Communal.

2000 : Euro 2000 Bruxelles Stade Roi Baudouin

 euro1 Il est un temps question que nous réalisions une gigantesque marionnette pour l’événement. Cependant les conditions techniques imposent la construction d’un géant très léger sur aéroglisseur. C’est un atelier des Pays-Bas, Airworks, spécialisé dans le gonflable, qui construit donc le personnage. Yves Coumans suit la construction et développe un concept de manipulation très athlétique. Au final, une équipe de 16 passeurs de rêves dirigée par Daniel Tanson anime la marionnette et réussit le fameux Kick off !

 

2001 Charles-Quint made in Gent

 2001 Charles-Quint made in Gent Gent Daampoort

Création, construction et manipulation d’une nouvelle marionnette géante qui sera le personnage central du spectacle mis en scène par Dries Karel
Luc Petit et Philippe Malfroot autour de la figure de Charles-Quint. La marionnette de 4,50 m de haut est réalisée par Julie Delwaerde et Yves Coumans et habillée par Nadia Vermeulen. Les 5 premiers manipulateurs seront Bruno Dubois, Frédéric Houtteman, Roland Muyle, Matteo Segers et Nadia Vermeulen.

2001 150 ans de la Banque Nationale Bruxelles Forest National

 

Spectacle privé pour les employés de la Banque Nationale de Belgique, le metteur en scène Luc Petitphoto2 travaille sur l’imagerie véhiculée par les billets de banque belges au fil de l’histoire. Pour le billet « colonial » Les Passeurs de Rêves construisent une tête d’éléphant « grandeur nature » et la manipulent, entourés des danseurs de Xavier Gossuin (Danse&Cie).

 

2001 Chapeau Europa Bruxelles Grand-Place

chapeau europa

Mis en scène par Luc Petit sous la direction artistique de Franco Dragone, ce spectacle d’un soir célèbre la présidence belge de l’Union Européenne. Chapeau Europa nous commande la réalisation de 12 marionnettes géantes que nous appellerons les Ambassadeurs. Chaque marionnette portera un symbôle de la Belgique : une verre de bière, une boîte de pralines, un filet à crevettes, un saxophone... Beaucoup d’autres éléments de notre univers plastique seront également présents dans le spectacle tels que chevaux-jupons, costumes flamboyants et autres marionnettes.

 

2002 Du soleil, on veut du soleil Bastogne Spectacle anniversaire du carnaval

corbeaux

Co réalisation d’Yves Coumans et M.Zo, direction d’acteurs amateurs, ici aussi les Passeurs de Rêves apportent quelques éléments plastiques essentiels au spectacle comme toute une série de corbeaux géants , créations hybrides entre le costume et la marionnette géante.

 

2002-2008 Feux de la St Jean à Mons

catafalque Notre participation aux Feux de la St Jean à Mons, marque une nouvelle étape dans la vie de la compagnie. Elle durera 7 ans. Dans la foulée de la zinneke 2002, nous y déployons en 2002 la Orquesta de la Muerte en parade avec une équipe de danseurs bruxellois. Dans les années qui suivent, carte blanche nous est donnée pour réimaginer quelques temps forts de la fête et les développer avec les associations locales. D’année en année, le projet prend de l’ampleur : spectacle cérémonie sur la Grand-Place de Mons, parade aux mille flambeaux, concert spécifique pour l’allumage du grand feu…Cette création annuelle, participative, pour célébrer le passage au solstice d’été, est aussi un véritable laboratoire de création : costumes surdimensionnés et flamboyants, travail de l’échasse, compositions et arrangements musicaux, pyrotechnie, maîtrise de la foule, travail dramaturgique sur le cérémonial, travail associatif. Autant de compétences qui nous amèneront à une plus grande maîtrise du grand spectacle urbain.

 

2002-2003-2007 Loup y es-tu? Colfontaine

thibaultLoup y est-tu? est une organisation du Centre Culturel de Colfontaine, une soirée dans les bois de Colfontaine à la rencontre d’artistes et de spectacles qui s’inscrivent entre les arbres ou au centre d’une clairière. En 2002 nous avons carte blanche pour y expérimenter un travail sur la lumière et la musique depuis les arbres, nous irons revisiter le bois avec L’Orquesta de la Muerte et plus tard avec nos papillons géants.

2008-2009 130 Bernissart Musée de L'Iguanodon

affichebernissart

Création d'un spectacle dans le cadre du 130ème anniversaire de la découverte des premiers iguanodons dans la mine de Bernissart. Avec Emilie Maquest, Sandrine Questier, Andréas Christou, Xavier Delacolette et Yves Coumans. Ecriture et mise en scène Yves Coumans, costumes Nadia Vermeulen, musique Sandrine Questier, décors Pierre Mainil.

2003-2006-2009-2010 Ath Sortilèges

geantdefeu1Autrefois deux événements de théâtre de rue s’inscrivaient dans la programmation de la Maison Culturelle d’Ath : les Une fois d’un soir et les Sortilèges au Château. Metteur en scène et directeur artistique des Sortilèges puis du festival Sortilèges ruez vous, Alain Coulon nous intègre dans ses spectacles, véritables assemblages d’artistes aux techniques à la fois différentes et complémentaires.

 

2003-2004-2006-2009 Cinq spectacles avec Eric Le Collen

Si Enghien m'était conté  Parc d'Enghien : 2003 et 2006charlesbleu

Le Beffroi de Thuin : Thuin 2004

Le portrait de Pierre Dugua  : F- Pons 2004

Enghien fille de l'eau : Parc d'Enghien 2009

Belle rencontre avec le metteur en scène français Eric Le Collen, metteur en scène et scénographe de spectacles et d’expositions qui découvrira notre marionnette « Charles-Quint » et lui confiera, la considérant comme un acteur géant à part entière, différents rôles dans plusieurs de ses spectacles.

Découvrez son travail sur www.scenographies.net

Lille 2004 capitale européenne de la culture

maison folie

Sous la forme d’un grand atelier participatif de construction de marionnettes géantes, d’une immense parade de géants dans les rues et sur la Grand Place de Mons et par une série de concerts, nous inaugurons l’ouverture de la Maison Folie de Mons 2004. Dans la foulée, l’associations des géants de Lille nous convie à sa grande journée des géants !

2005 Bleue Tournai

Participation au spectacle Bleue sur le site des fours à chaux de Chercq en compagnie des Comediants de Barcelone. Hommage poétique aux tailleurs et aux extracteurs de pierre.

2005 La Tour de Coeur Ath

Touremi

En coproduction avec l’office du Tourisme d’Ath, la Ville d’Ath, la Maison Culturelle d’Ath et l’Europe (projet Euraphis), les Passeurs de Rêves créent un spectacle autour de la Tour Burbant. Marionnettes géantes, théâtre d’ombre, jeu d’acteur, danse aérienne, projections en vidéo-mapping sont autant de techniques mises au service d’un spectacle poétique contant l’amour éternel d’un seigneur pour l’âme emprisonnée de la tour. Yves Coumans en signait la mise en scène et l’écriture assisté de Laurent Velghe et M.Zo.

 Acteurs et marionnettistes : Maryse Bresous, Aline Claus, Thomas Coumans, Yves Coumans, Xavier Delacolette, Bruno Dubois, Emilie Maquest, Giulia Palermo, Nadia Vermeulen, Arieh Worthalter/ Musiciens : Jean Jacques Renaut, composition,Thierry Berger, Stéphane Letot, Frédéric Wanlin/Chorégraphie: Cie Retouramont/Pyrotechnie : Jean-François Pierlot/Scénographie : Aline Claus/Régie Axel Foucart, Gauthier Bourgois, Arnaud Henry de Frahan.

2006 Fanfarissimo Frasnes

FanfaUn événement organisé par le foyer culturel des Collines pour lequel nous créons un chef de musique gigantesque et rondouillard.

2006 Tournafrica ou la Note Noire Tournai

Yves Coumans et les Passeurs de Rêves assemblent les ateliers de danse et de percussions africaines et d’autres ateliers de la Maison de la Culture de Tournai dans un spectacle haut en couleur qui se déroule dans les bâtiments industriels de l’Ancienne Fonderie Saint-Jean à Tournai. Les comédiens Hugues Dutrannoy et Ansou Diedhiou porteront le fil rouge du spectacle qui évoque, à travers l’histoire des rapports entre hommes blancs et hommes noirs , l’apport de la musique originelle africaine dans toutes les musiques d’aujourd’hui.

2006 Les Folies Maubeuge

L’unique participation des Passeurs de Rêves à l’événement annuel qui secoue les rues de Maubeuge, l’occasion d’une belle rencontre en parade avec nos collègues français des Grandes Personnes. Echange de techniques et de points de vue autour de la marionnette géante.

2006 HT06 Hornu, Ronquières, Tournai, Fontaine l'Evèque

Spectacle événementiel de Luc De Groeve (Walrus productions) et la compagnie Feu et Métal sur le thème du Hainaut, HT06 comportait une séquence évoquant le folklore à laquelle participait notre géant Fanfarissimo.

2010 Le Grand Départ inauguration du centre funéraire d'Hacquegnies-Frasnes

crematorium

Carte blanche nous est donnée par l’IDETA et la Maison de la Culture de Tournai pour concevoir un spectacle pour l’inauguration du Crematorium d’Hacquegnies. L’hiver est rude en ce mois de janvier 2010. Ce sera notre premier spectacle de plein air conçu pour le grand froid.

Le synopsis

Marie s’est faite belle pour son papy. Jean-Pierre ne peut s’empêcher de se remettre en question face à la mort de Chloé qu’il soignait. Souleymane, l’Africain ne comprend pas grand-chose aux rites funéraires des blancs. Il y a aussi Louis, Madeleine et Catherine. Ils ne se connaissent pas, n’ont rien en commun sauf une chose : ils ont chacun perdu un ami, un voisin, un petit-fils... Dans ces moments-là, on se remémore les bons souvenirs ou les mauvais, on pense à des choses qu’on aurait dû dire ou pu faire. Et si, au-delà de la disparition, nous pouvions continuer à nous parler ?

Six personnages principaux, ayant chacun perdu un proche, vont se rencontrer. Ils viennent chacun à une cérémonie différente, pour des personnes différentes. Cette situation ne pourrait se produire dans la réalité, cependant ils se retrouvent ce jour-là sur le même lieu de crémation ou d’enterrement. Tous sont là pour un dernier hommage à leur proche. Chacun vivra sa cérémonie différemment et celle-ci sera régulièrement ponctuée d’interactions entre les personnages. Les employés des pompes funèbres : des « croque-morts » seront là pour guider la famille, et pour placer le public. Ils auront quelques échanges avec le public. Ils seront accompagnés d’une calèche qui transportera le « cercueil ». Gabriel et Gabriel sont deux personnages énigmatiques qui sont les « gardiens » des portiques que le public traversera. Avant chaque passage de la calèche et du public par la porte, ils ont un court dialogue, sous forme d’aphorismes, sur des thèmes touchant à la mort. Les « hommes papillons » : 3 danseurs portent un costume de papillon avec de grandes ailes. Ils apparaissent après le passage de la deuxième porte.

Ecriture et mise en scène : Yves Coumans/Chorégraphie de papillons géants: Danse et Cie/Pyrotechnie: Tout Feu tout Femme/Comédiens : Hugues Dutrannoy, William Kappoy, Hélène Bargibant,  Yves Coumans, Nina Lombardo, Marie-Diane Flipo, Jacques Guilbert, Thomas Coumans, Etienne Vanderbellen, Vincent Leclercq/Régie son et lumière: H&D/Mapping video: Thomas Coumans/Costumes et papillons: Nadia Vermeulen.

2001-2005-2010 La Nuit des Intrigues Tournai

clock

Deux ans à peine après leur formation, les Passeurs de rêves s’attaquent au grand spectacle de rue qui précède et inaugure le Carnaval de Tournai. Babyboum à Babylune, tel sera le titre de ce premier opus qui nous amènera à tisser des liens très durables avec de nombreux artistes amateurs et professionnels de Tournai. Près de 4000 spectateurs envahissent le quartier de la Place verte et découvrent une « paternité » sorte d’hôpital géant peuplé de chants de bébés, de bonnes fées au berceau, de roses et de choux, un hommage à l’amour, à la procréation et à l’enfance. Ecriture et mise en scène Yves Coumans et Pascale Crombez, musique : Eloi Baudimont, scénographie : Matteo Seghers, costumes : Nadia Vermeulen. Avec la participation exceptionnelle de près de 600 acteurs, musiciens et figurants tournaisiens.

En 2005, nouvelle participation à une Nuit des intrigues sous la neige devant l’hôtel de Ville de Tournai en compagnie d’Anne Bierna, Marjorie Bonnet et M.Zo

Enfin, en 2010, pour les 30 ans du carnaval de Tournai, les Passeurs de Rêves concoctent une dernière nuit des intrigues Hors normes. Le Mâle est fait ! Yves Coumans en signe la conception et l’écriture et s’associe à M.Zo pour la mise en scène de près 11 spectacles simultanés emmenés par de nombreux acteurs issus des confréries de carnaval. La scénographie centrale est réalisée par Fred Duret et Yves Coumans. Les masques par Julien Host. Les éléments de chaque scénographie de spectacle sont ramenés par le public devant la cathédrale pour enluminer la scène finale. La parole est à Françoise Lison, journaliste au courrier de l’Escaut :

« La vingt-cinquième édition de la Nuit des Intrigues a séduit les Tournaisiens et tous ceux qui ont rejoint le coeur de la cité. Le temps majuscule était avec les carnavaleux, vendredi soir. La météo, bien sûr, puisqu'une embellie du bonhomme hiver se fit messagère des déesses et des dieux. Mais aussi la grande horloge princière qui rythma les faits et gestes des sujets, au pied de la mère cathédrale.

Le mâle était parfait Le Roi a retrouvé la Reine, dans la mêlée conçue comme un vaste jeu de dames et de rôles. Devant un majestueux décor de pierres, de faisceaux et d'échafaudages, les musiciens du Vetex lancent leur poésie festive. On s'affaire autour du souverain dans une scénographie peuplée de visages tournaisiens, de valets géants, d'ombres sans peur ni reproche. La mission est claire : le bon peuple ira à la recherche de dix indices rappelant la silhouette espérée. Ainsi accouchera-t-on d'une reine.

Dans les dix lieux élus, le public prend la mesure du mystère. Chaque passage est unique : par centaines, sous la bannière d'un Jules ou Jean, les groupes s'engagent en plein centre de la cité, dans des cours ou sur des places investies de beauté. Car au-delà des trophées que sont les couronnes, plumes, lampes, lettres, pétales et soieries, c'est la beauté qui sera célébrée sur la place de Nédonchel.

Le roi est ravi : le mâle est parfait. Une femme de volumes et de vent survole l'assemblée. Elle est l'âme du trentième anniversaire. Mère ou soeur, amante ou poupée. Et reine. Le feu d'artifices salue son arrivée au Carnaval de Tournai. Et la Naïade souligne de son passage la grandeur de l'événement signé par deux metteurs en scène d'exception, Yves Coumans et M. Zo. « La soirée de vendredi réconcilie beaucoup de monde avec la Nuit des Intrigues », affirme la jeune coordinatrice Pauline Dehavay.

Plus de cinq cents participants, des camionneuses aux artificières, des maquilleurs aux sentinelles, se sont investis dans une soirée haut de gamme. La cathédrale, elle, a tenu son rôle de vieille dame indigne, laissant ensuite ses ouailles s'égailler jusqu'à l'aube.

2010 Rue Euraphis : Roméo Dumoulin, croqueur de vie Tournai

Projet réalisé en coproduction avec le projet européen Euraphis et la Ville de Tournai

curé

Le spectacle se concevait comme un voyage dans le temps et dans le quartier Ste Marguerite à Tournai à la rencontre d’un peintre célèbre qui y est né : Roméo Dumoulin. Partant de ses dessins et gravures, les Passeurs de Rêves avec plus d’une centaine d’acteurs, musiciens, chanteurs, danseurs et figurants et habitants du quartiers se sont amusés à reconstituer les œuvres du peintre en tableaux vivants. Durant près de cinq heures un nombreux public a pu déambuler sous le soleil, de scène en scène.

2010 Plein la Rue avec la Cie Arts Nomades et l'Eden Charleroi

pleinlarue

Spectacle de rue, travail participatif avec les associations du quartier de l’Eden, rencontres avec les habitants…

 

2001-2005-2010-2011-2012-2013-2014-2016 Les Antoniades Flobecq

apolline2Les Antoniades ont lieu depuis de nombreuses années à Flobecq. Ce spectacle de rue hivernal ouvre les fêtes de ce petit village de Wallonie picarde situé entre Lessines et Renaix.

Au même titre que d’autres compagnies de théâtre de rue, française ou belges, nous y sommes présents depuis longtemps avec nos marionnettes géantes, nos parades, nos fanfares. Depuis quelques années, en collaboration avec La Maison Culturelle d’Ath, le Centre Culturel du Pays des Collines et les associations du village nous y créons des spectacles plus participatifs où se mélangent professionnels et amateurs. L’occasion de tester, pour un public de 1000 à 2000 spectateurs, différents dispositifs de scénographie et de mise en scène et d’écrire aussi sur des thèmes variés. Les Deux Bossus, La Nuit de Sandou, le Talisman de la nuit, Apolline et Cornélis sont autant d’écritures et de réalisations de costumes et d’éléments scénographiques.

2012-2013-2014-2015-2016 La promenade aux flambeaux - Maubray Vieux Canal

promenadeauxflambeaux

L’événement annuel est né de l’initiative de quelques habitants de Maubray, amoureux de leur Vieux canal. Il a très vite été relayé par le Foyer Culturel d’Antoing. Dès 2012, la coordination artistique de la promenade a été confiée aux Passeurs de Rêves. Durant 5 années, l’occasion nous a été donnée d’expérimenter, à travers un atelier régulier, différentes techniques de réalisation de structures lumineuses, mais au delà de ces réalisations plastiques, de réinventer à chaque fois de manière différente 5 km de ballade nocturne au travers de thématiques historiques ou poétiques : contes du vieux canal, le passé industriel, le fou du Village, Le petit peuple du canal ( fées, gnômes et créatures presque invisibles), la fête foraine. D’année en année, c’est également toute une réflexion sur l’interactivité avec le public qui a été menée.

2012 Etonnez-nous Spectacle promenade au Musée des beaux-Arts de Tournai

etonneznousUne mise en scène et une coordination artistique des Passeurs de Rêves pour les Amis du Musée des Beaux-Arts de Tournai. Un pari un peu fou, mais un défi relevé.

Ce qu’en dit la presse : Ils nous ont étonnés… "Etonnez-nous" : c'était le défi lancé par les Amis du musée des Beaux-Arts de Tournai aux artistes du cru. A eux d'interpréter le musée, de revisiter les oeuvres… La nuit du 3 mai 2012 a répondu à toutes les attentes et bien au-delà. Près de 400 personnes ont découvert le travail des performeurs d'un soir. Autant ont dû être refusées… Sur ces quelques images, on retrouve entre autres Bruno Coppens dans un délire verbal chez Gallait, de le Pasture, Mabuse et autres, les Okidok dans une improbable video médiévale aux têtes coupées, la fantaisie aussi surréaliste que pointilliste de Jean-Baptiste Lison au pied d'un Seurat, la poésie et la magie de Xavier Bastien-Lepage Sourdeau, le pas de deux de Xavier Gossuin et sa fille entre Fantin-Latour et Anquetin, la version guide "classique" assumée par Claude Bonnet, un Benoît Chantry en pleine zénitude avec un public participatif, le fougue du dies irae de Michel Jakobiec, le père Lathuille lu par Colette Nys-Mazure, Eloi Baudimont et ses choeurs improvisés du Niger et du Mali, le facteur d'amour et le canotier Yves Coumans signant sa réalisation d'une brève apparition, une facétie consulaire à défaut d'être protocolaire, le père Lathuille au carré, Bruno Delmotte narrant en picard la journée du "hâleur à l'tire" ou du "satcheu"… Tandis que dehors on a dansé pour patienter ou attendre les amis: le dernier des sept groupes est entré au musée à 22h10 pour un visite d'1h20… Françoise Lison-Leroy, Vers L’avenir

2012 40ème Final du Anniverssaire du Centre Culturel de Jodoigne

Jodoigne final

Notre réputation nous a précédée à Jodoigne où l’équipe du Centre Culturel attend de nous un bouquet final pour les fêtes d’anniversaire célébrant ses 40 ans. Pour l’occasion nous nous associons avec le vidéaste Damien Pairon et l’équipe de Feu et Métal. Sur la Grand-Place de Jodoigne, à la tombée de la nuit, une fleur de métal portant cinq musiciens s’élève à plus de vingt mètres de haut accompagnant apparitions et danses de papillons géants, un vidéo-mapping effréné se déchaîne sur l’église, quand tout à coup, en prélude au feu d’artifices, retentit simplement un « bon anniversaire » joué en solo par la saxophoniste Anne Jennen.

2012 Les cabarets de l'Escale - Brunehaut

Escalecabaret

En collaboration avec la commune de Brunehaut , la Maison de la Culture de Tournai et des habitants de l’entité, Les Passeurs de Rêves mettent sur pied un cabaret sur le thème des « villes et villages en résilience ». Est-ce un vrai cabaret qui se déplace sous chapiteau d’un village à l’autre ? Oui et non ! Le public, dans les villages, est invité a assister à un cabaret et à recevoir un prix pour l’environnement des mains de la Princesse de Belgique. Lorsque le cabaret commence, la Princesse est en retard. Une panne de courant survient. Une voisine, comédienne complice, vient accuser les organisateurs de pomper toute l’électricité du quartier et d’avoir fait sauté les plombs. Sa famille est dans la salle, il s’agit également de comédiens complices. Ensemble ils se disputent sur le thème de l’énergie. Le courant revient, la voisine s’en va. Le cabaret reprend. Plusieurs pannes de courant vont encore émailler la soirée. La voisine reviendra pester. Dans la salle d’autres comédiens complices se font passer pour de nouveaux habitants. Lors de l’ultime panne, un jeu s’établit dans la salle, quelques bougies s’allument et les spectateurs sont invités à mettre leur énergie en commun en retissant symboliquement des liens entre eux. La supercherie est enfin dévoilée de manière poétique et conviviale. Une discussion s’entame alors entre tous les protagonistes.

Ce projet a touché beaucoup de spectateurs qui vont rarement au spectacle. Il a également réuni les enfants des écoles de l’entité (qui venaient chanter pour la Princesse) et de nombreux artistes d’ici et d’ailleurs.

2013 Le Mètre Volé Stambruges

familles de forains

De 2011 à 2013, deux années de travail participatif ont été nécessaires, en collaboration avec le Centre Culturel de Beloeil et avec le soutien la fondation Roi Baudouin pour mettre sur pied ce projet d’envergure. Il restera dans les annales de la Compagnie, c’est certain. Car c’est tout un village d’environ 600 habitants qui s’est passionné pour redécouvrir son histoire, son patrimoine et recréer des liens entre voisins. Un atelier d’écriture dramatique, un atelier de création de costumes de scène, un atelier de mise en scène ont permis de mettre sur pied un spectacle promenade de plus de 2 km, confrontant le public à des rencontres entre campenaires d’aujourd’hui et fantômes de campenaires retenus à Stambruges pour régler de vieux contentieux. Un spectacle total et multidisciplinaire mêlant acteurs, danseurs, musiciens, circassiens, vidéastes, marionnettistes, conteurs …

Voici ce qu’en dit le quotidien Vers l’Avenir, édition du 23 septembre 2013 :

« Ces 20 et 21 septembre en soirée, le spectacle-promenade «Le mètre volé» a fait vibrer le cœur de Stambruges et de ses Campenaires. Succès de foule pour ce spectacle coordonné par le Foyer Culturel de Belœil et par la compagnie de théâtre de rue «Les Passeurs de Rêves» de Quevaucamps. C’est l’occasion d’un véritable voyage dans le temps à la rencontre des époques et des événements qui ont marqué le village et ses habitants appelés aussi «les Campenaires». Sur 2 km, à la lueur des 250 torches et bougies, les spectateurs se prennent au jeu des dialogues en patois, des scènes et des pas de danses. On y rencontre le Baron du p’tit Coron, le Meunier Colmant ou le Grand Diable, ces drôles de fantômes tout de blanc vêtus et grimés, personnalités surgies du passé pour accomplir une dernière volonté. Au travers de treize scènes auxquelles participent plus de 60 comédiens et 80 figurants, les légendes du coin sont remises à neuf, les époques s’entremêlent. À l’initiative de ce projet, Caroline Dunski. Cette habitante de Stambruges a frappé à la porte du Foyer culturel avec une idée en tête : la mise en route d’un travail de mémoire collective dans le village. Rapidement, un véritable projet d’entité a vu le jour. Appel est alors lancé aux habitants et aux acteurs associatifs locaux : l’école du cirque Carabistouille de Quevaucamps, les écoles et homes de l’entité, les Menestriers, les Pas d’La Yau, les sociétés musicales, les Sorcières et les Canonniers de Stambruges. Les idées et initiatives fusent. Deux années de réflexion et de collaborations auront été nécessaires pour ficeler cette représentation.

stambaffiche

Au travers de stages ou d’ateliers au Foyer culturel, les différentes pièces de ce spectacle prennent corps. Orchestrés par Yves Coumans et Nadia Vermeulen (les Passeurs de Rêves), des ateliers de scénographie ont abouti à la conception d’un théâtre de marionnettes. Pour confectionner la centaine de costumes, un atelier costume a aussi été initié au musée de la Bonneterie en collaboration avec l’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine de Beloeil (ASPB). Les participants de l’activité dramaturgie ont, quant à eux, conçu le scénario inspiré de légendes du coin. Selon Pascal Dupont, directeur du Foyer culturel : «Nous sommes ravis, c’est réellement féerique. Cette démarche va au-delà des anecdotes locales. Cette réalisation a permis que des gens qui ne se connaissaient pas, se rencontrent et développent d’autres projets communs à l’avenir. C’est le travail de toute une équipe hyper motivée. Je suis heureux que le public soit au rendez-vous. Nous sommes complets. Nous avons malheureusement été forcés de refuser environ 150 personnes».

2015 La Ronde des Innocents Chièvres

ronde

 Après avoir participé précédemment au spectacle Le leg d’Eva en 2011 en y développant un atelier de scénographie d’extérieur, les Passeurs de Rêves ont été sollicités par La Maison Culturelle d’Ath pour assurer à la fois un atelier d’écriture dramatique en vue d’un prochain spectacle à Chièvres et la coordination artistique de l’ensemble. Un travail de longue haleine, près de 2 ans, qui a abouti à la création d’un spectacle à 180° racontant près de 100 ans d’histoire médiévale à Chièvres au travers du « procès » de Dame Vengeance.

Ce qu’en a dit la presse : Fédérateur à souhait, le spectacle «La Ronde des Innocents» a tenu toutes ses promesses: scénario original, performances techniques et scéniques. Une météo capricieuse et le dicton typique de ce mois d’avril n’auront eu raison ni des pèlerins ni du spectacle médiéval. Que du contraire! Le travail et l’abnégation des 250 acteurs, danseurs, chanteurs, combattants et autres techniciens auront été récompensés par la participation de près de 1000 spectateurs bravant le froid et les menaces pluvieuses.

Après les Médianoches, Eva de Chièvres et le Legs d’Eva, le 4e spectacle médiéval chièvrois, «La Ronde des Innocents», aura tenu toutes ses promesses. Différent dans sa conception, le spectacle se limitait au seul centre Ville. Les organisateurs ont également réussi à mêler création médiévale avec arts numériques. Le défi était important tant les obstacles à surmonter étaient nombreux, ne fût-ce que pour accorder les diverses projections, tant sur écran que sur façade, avec une luminosité naturelle changeante. Ces projections, rappelons-le, constituaient l’essentiel du décor des trois scènes nécessaires à la tenue du procès de la Vengeance.

Une performance collective

Si d’aucuns considèrent que c’était un peu longuet (un siècle d’histoire interprété en deux histoires) ou complexe (l’Histoire l’est plus encore), il est important de souligner que ce projet fédérateur et participatif aura rempli sa mission puisque, de la conception à la réalisation en passant par l’écriture, tout aura été pris en charge par des Chièvrois sous la coordination essentielle des «Passeurs de Rêves» et de la Maison culturelle d’Ath. Pas de budget pharaonique, pas de casting d’acteurs professionnels: rien que des citoyens, acteurs, musiciens ou danseurs amateurs. Plutôt que des moyens financiers, il faut féliciter ici une mobilisation citoyenne voulue dans le seul but de faire battre le cœur d’une cité. On peut bien évidemment mettre en exergue l’interprétation de la Vengeance, du Roi de France ou du seigneur de Chièvres dirigeant ce tribunal populaire, mais ce serait oublier un peu vite les enfants des écoles et les personnes âgées qui ont contribué à l’ambiance de la Place; ce serait occulter le travail de fourmi des bénévoles qui ont conçu le video-mapping. On trouvera naturelle la réelle performance des archers de Cervia, des ménétriers et Damisons, des acteurs débutants, des musiciens, des figurants ou encore des petites mains qui ont contribué aux costumes. Après quatre spectacles réussis, beaucoup espèrent déjà un nouveau volet illustrant ce riche passé local. Lundi 27 avril 2015 06h00 - Stéphane BONGE - L'Avenir

2015 Trésor de Guerre à Bernissart ! Musée de l'Iguanodon

tresor

En 1914, un paléontologue allemand rêve de s’emparer du trésor de Bernissart : des iguanodons encore enfouis au fond d’une galerie de la mine. A Bruxelles, au Musée des Sciences Naturelles, et au village la résistance s’organise…

Ecriture et mise en scène : Yves Coumans. Avec Maryse Bresous ,Thomas Coumans, Yves Coumans et Xavier Delacolette. Costumes et maquillages : Nadia Vermeulen. Eléments de décors : Pierre Mainil. Lumière : Fred Duret

Mons 2015, Capitale européenne de la culture

Saint-Ghislain, Jemappes, Saint Denis-Obourg-Havré, ont invité les Passeurs de Rêves à participer à trois événements qui ont réuni près de 8000 spectateurs…

Grand huit : Extra Muros Tour Jemappes

Mis en Scène par Philippe Dehaspe (La Manufactor), ce spectacle emmenait les spectateurs en voyage dans l’extra Muros de Mons à la découverte de ces drôles de gens qu’on appelle des jemappiens dans un futur proche. Les Passeurs de Rêves étaient sollicités par le CMA de Jemappes pour réaliser une « scénographie/marionnette mobile : un arbre de 5 mètres de haut habitable et arbre mouvanttransportable par un porteur manipulateur.

Grand huit : Spiritus Abbaye de Saint-Denis

spiritus©michelbinstok

Dans le cadre des projets « Grand huit » de Mons 2015, les Amis de l’Abbaye de St Denis en Brocqueroie ont fait appel aux Passeurs de Rêves afin de les aider à mettre sur pied un spectacle nocturne autour des grands événements ou des figures qui ont marqué l’histoire du lieu. Du plus ancien fantôme « avéré » de l’abbaye jusqu’à quelques fantômes plus récemment mis à l’honneur, le public montois a pu découvrir quelques siècles d’histoire autour de rencontres exceptionnelles entre moines, pères abbés, artistes, soldats et artisans.

Coordination, dramaturgie et mise en scène : Yves Coumans /Textes : Gérard Bavay/Costumes : Nadia Vermeulen/Effets pyrotechniques : Fred Duret/Scénographies et accessoires : Yves Coumans, Fred Duret, Giulia Palermo, Nadia Vermeulen/avec la complicité des amis de l’abbaye pour la réalisation des lanternes féériques.

Avec : Maryse Bresous, Andreas Christou, Yves Coumans, Xavier Delacolette, Patrick Demarbais, Hugues Dutrannois, Marc Givair, Olivier Hardy, Catherine Jarry, Frédéric Kusiak, Vincent Leclerq, Giulia Palermo, Philippe Spinette, Michel Taminiaux et l’ensemble vocal Akwabaline, photographies : Michel Binstok.

Grand Ouest : Saint-Ghislain au fil de l'eau

jaune

Longer la Haine, aujourd’hui souterraine, et écouter battre le coeur de la Cité de l’Ourse. Le temps d’un week-end, inviter la mémoire de l’eau a envahir la ville, à danser sur la place et au jardin lapidaire, à chambouler la bibliothèque, à se glisser dans le Foyer Culturel, à résonner dans la Chapelle du Couvent, à traverser le Parc de l’Abbaye, à enchanter la piscine… Tel était le rêve et le défi de cette coordination artistique de longue haleine. La compagnie des Passeurs de Rêves, avec le concours de la Ville, de dizaines d’associations et bien plus d’une centaine d’artistes du cru, avait concocté un florilège de surprises : des créations originales, des contes, des légendes, des dégustations, des expositions, des jeux, des sculptures monumentales, des installations, des photographies, des aquarelles, de folles scénographies, des spectacles pour tous les âges, de la danse et une foule de micro-concerts.

5000 spectateurs ont participé à l’événement le temps d’un week-end.

2014-2015 Les Inattendues Tournai

inattendues eric caulier

Encore un grand moment que ces Rencontres Inattendues à Tournai, un festival annuel qui mêle philosophie et musique et incite à la création, à la réflexion et bien sûr à d’incroyables rencontres mêlant la pensée et les sens. En 2014, Yves Coumans a le plaisir de mettre en scène l’intervention d’Eric Caulier, maître européen de taijiquan. En 2015, c’est la coordination et l’aide à la mise en scène qui lui est confiée.

2014-2015 La Nuit des lumerottes Quevaucamps

lumerotte

Organisée par le comité des Lumerottes et le Centre Culturel de Beloeil, la Nuit des Lumerottes a lieu chaque année à Quevaucamps. Cette tradition qui remonte bien avant la réimportation de la fête d’Halloween des Etats-Unis en Europe, a pour but de mettre à l’honneur les esprits pour qu’ils se montrent à nous le temps d’une nuit magique.

Après un spectacle pyrotechnique autour de la figure de la célèbre sorcière Rat’cafotin en 2014, les Passeurs ont travaillé en 2015 sur la coordination artistique de la promenade et sur les orientations futures de la manifestation et l'ont enrichie d'éléments scénographique et de costumes qui pourront être réutilisés dans les éditions futures.